• [L'avant Noël] Mardi 10 décembre : Théophile de Viau

     

    En cette période propice au partage, je vous propose un calendrier de l’avant spécial Clairac ! Je vous propose de partager avec vous 23 faits sur Clairac. Si vous êtes un amoureux de Clairac et de son histoire, je ne vous apprendrais rien. Mais, si vous êtes curieux d’en savoir plus sur notre beau village, je suis sûr que ça vous intéressera. Car oui, tous le disent : Clairac a ce quelque chose d’indescriptible qui attire les gens.

    Pour rappel : Tous les fait énoncés sont le fruit de mes recherches sur l’histoire du village. Je me suis servie des archives départementales ; de tout un tas d’ouvrages relatant l’histoire de Clairac et des clairacais eux-mêmes, garants de la mémoire du village. Gardez donc à l’esprit qu’il s’agit du résultat de mes recherches qui peut être erroné sur certains points. N’oubliez pas que l’histoire écrite existe depuis peu et qu’elle évolue tous les jours.  

     

    Vous avez sans doute déjà entendu parler de Théophile de Viau par le nom d’une rue, d’une sale des fêtes, d’une place ou d’un boulevard. Sachez qu’il est né à Clairac ! Mais qui est donc ce personnage ? 

    Né en 1590, dans notre beau village, passé par l’université de Saumur, il était l’un des plus grands poètes dramaturges français de son temps ! Cet homme était bien en « avance » sur son temps et était considéré comme un libertin. Même s’il fut apprécié du roi pendant quelques temps, il fut vite rattrapé par l’église et son dictat de la « bienpensance » et des mœurs de l’époque. En effet, beaucoup de ces écrits étaient considérés à l’époque comme obscènes et contre nature. Notre libertin était en effet bisexuel ce qui dérangeait beaucoup l’église qui voulut le brûler vif en place publique. Heureusement, il avait gardé quelques amis bien haut placés qui l’on protégé. Il mourut à Chantilly sous la protection du Duc de Montmorency. Clairac lu doit ce doux poème : « Sacrés murs du soleil où j’adorai Philis » véritable déclaration d’amour pour notre village entremêlée de beaucoup de regrets.

     

     

     

    « Sacrés murs du Soleil où j'adorai Philis,

     

    Doux séjour où mon âme était jadis charmée,

     

    Qui n'est plus aujourd'hui sous nos toits démolis,

     

    Que le sanglant butin d'une orgueilleuse armée,

     

     

     

    Ornements de l'autel qui n'êtes que fumée,

     

    Grand temple ruiné, mystères abolis,

     

    Effroyables objets d'une ville allumée,

     

    Palais, homme, chevaux, ensemble ensevelis,

     

     

     

    Fossés larges et creux tous comblés de murailles,

     

    Spectacles de frayeur, de cris, de funérailles,

     

    Fleuve par où le sang ne cesse de courir,

     

     

     

    Charniers où les corbeaux et loups vont tous repaître,

     

    Clairac pour une fois que vous m'avez fait naître,

     

    Hélas ! combien de fois me faites-vous mourir ! »

    [L'avant Noël] Mardi 10 décembre : Théophile de Viau

    Gravure : Portrait de Théophile de Viau

     

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :